Blogue

blogue header

Blogue - Dépendances et toxicomanie

La Villa St-Léonard 

Étant donné que la dépendance tire sa source d’un mal-être que la personne qui consomme ressent au plus profond d’elle-même, une cure physique est nécessaire, certes, pour traiter l’addiction, mais également une cure psychologique afin d’aider la personne à remonter à la source du problème et l’enrayer de manière définitive.  

Thérapies individuelles et de groupe

Plusieurs approches existent pour amener la personne dépendante à prendre connaissance de son problème de surconsommation et à analyser les schémas de pensées et les comportements qui la conduisent à vouloir fuir la réalité et à se détruire à petit feu.

C’est ce que nous travaillons à la maison de thérapie pour dépendance Villa St-Léonard. Par l’entremise de diverses thérapies individuelles et de groupe s’effectuant en compagnie d’intervenants chevronnés spécialisés dans le traitement de dépendances, divers aspects de la vie et de la personnalité de la personne dépendante sont travaillés.

Nous permettons en outre à la personne souffrant de dépendance de se reconstruire, de reprendre confiance en elle et de reprendre goût à la vie sans avoir besoin de substances toxiques pour y parvenir.  

Affectant un nombre de plus en plus élevé de personnes, dont les jeunes, selon le gouvernement du Canada, l’abus de médicaments de prescription n’est pas un problème à prendre à la légère. Et pour cause : si les médicaments d’ordonnance sont légaux, cela ne veut pas dire pour autant que les gens peuvent les consommer sans danger.


Des médicaments légaux qui ne sont pas sans danger

En effet, contrairement aux drogues, les médicaments d’ordonnance sont prescrits par les médecins aux patients en vue de les aider à guérir certaines maladies, autant physiques que mentales.

Le problème survient lorsque ces patients surpassent les doses prescrites, en consomment plus que prévu et en deviennent accros. On parle alors d’abus de médicaments et de problème de dépendance.

mercredi, 02 décembre 2015 13:35

Comment aider un proche à entrer en thérapie?

Les proches d’une personne dépendante peuvent jouer un rôle crucial dans la décision de celle-ci d’entrer en thérapie ou non. En effet, par leurs paroles et leurs gestes, elles ont le pouvoir de l’inciter à demander l’aide dont elle a besoin pour s’en sortir. Voici quelques conseils pour vous aider à convaincre votre proche de suivre une thérapie.

 

Pourquoi c’est important de demander de l’aide professionnelle?

Tout d’abord, nous ne saurons insister assez sur le fait qu’il est important de demander de l’aide extérieure lorsque nous vivons avec une personne dépendante aux drogues, à l’alcool ou aux médicaments. En effet, trop souvent, les proches d’une personne dépendante s’épuisent physiquement et psychologiquement en voulant essayer d’aider un dépendant à s’en sortir.

 

Or, tel que vu dans un autre blogue, le fardeau de la dépendance peut être lourd à porter pour les amis et la famille du dépendant, et c’est pourquoi il importe de demander de l’aide professionnelle, car une addiction profonde ne se guérit que par l’entremise d’une thérapie. En effet, seuls des professionnels seront en mesure de fournir à la personne dépendante le soutien dont elle a besoin pour surmonter son addiction.

Vous ou l’un de vos proches êtes aux prises avec un problème de dépendance aux drogues et vous croyez que celui-ci n’est que de nature physique? Détrompez-vous. Si la dépendance est aussi physique, elle est d’abord et avant tout psychologique, puisque les raisons qui poussent les individus à devenir dépendants des drogues sont de cette nature.

Les vraies causes qui entrainent la dépendance aux drogues

En effet, la plupart des individus qui consomment des drogues, de l’alcool et des médicaments, le font pour oublier leurs problèmes et pour fuir une réalité qu’ils ne sont pas capables d’assumer en étant sobres.

Plusieurs raisons expliquent pourquoi un individu devient dépendant aux drogues. Parmi celles-ci, on retrouve une faible estime de soi, une peine d’amour qui s’éternise, la perte d’un être cher, la dépression, la perte d’un emploi, un sentiment de mal de vivre; bref les raisons sont nombreuses, mais sont presque toujours d’ordre psychologique.

La personne qui commence à consommer des drogues peut le faire pour imiter les autres, sous l’influence des pairs, à l’adolescence par exemple, mais celle qui continue et en devient dépendante éprouve clairement des douleurs émotives profondes qu’il lui importe de guérir, si elle veut être capable de s’en sortir.

Il n’y a pas que le corps qui souffre des effets de la dépendance à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments. Les personnes qui sont proches d’une personne dépendante aussi. En effet, qu’il s’agisse de nos collègues, de nos amis, de notre conjoint ou encore de notre famille, la dépendance aux drogues ou aux autres substances chimiques peut avoir des effets néfastes sur nos relations professionnelles et personnelles et même conduire dans plusieurs cas à une rupture si on ne prend pas connaissance du problème et les moyens nécessaires pour le régler. Voici comment une addiction peut affecter considérablement la qualité des relations que vous entretenez avec autrui.

 

La dépendance peut créer un sentiment de culpabilité

Les personnes qui vous entourent, votre famille et votre conjoint surtout, peuvent en venir à penser qu’elles ont joué un rôle dans le développement de votre addiction et ressentir de la culpabilité, un sentiment qui peut être lourd à porter et à gérer.

En effet, ces personnes peuvent en venir à se remettre sérieusement en question dans la manière dont elles se sont comportées auprès de vous et finalement, en venir à souffrir autant que vous de cette dépendance. On appelle ce phénomène codépendance, c’est-à-dire le fait de partager votre douleur, d’où l’importance de vous faire traiter si vous désirez éviter ce fardeau émotionnel à vos amis et à votre famille.

mercredi, 04 novembre 2015 13:04

Souffrez-vous de dépression?

Se définissant par un sentiment de tristesse et de vide intérieur profond et persistant, la dépression joue un rôle majeur dans la dépendance des individus aux drogues, aux médicaments ou à l’alcool. En effet, cette affliction, qui touche un très grand nombre de personnes dans le monde, est responsable d’un nombre important de cas de dépendance et c’est pourquoi il est important de la traiter si vous en souffrez avant qu’il ne soit trop tard. Voici quelques indices qui peuvent laisser présager que vous êtes aux prises avec une telle maladie.

 

Vous êtes souvent triste sans raison

Bien entendu, il existe plusieurs types de dépression. Parmi celles-ci, on retrouve la dépression saisonnière, qui est souvent temporaire en raison du manque de lumière et de la mauvaise température régnant à l’extérieur l’hiver, la dépression postpartum (après la naissance d’un enfant), et la dépression dite sévère.

La personne qui souffre de cette dernière peut se mettre à pleurer sans raison, est souvent triste pour rien et éprouve un sentiment de mal de vivre profond. C’est ce sentiment, qui est persistant et qui ne s’en va pas, qui est le plus souvent associé à la dépression, telle qu’on la connaît.

 

Vous avez des idées noires

Vous souffrez définitivement de dépression si vous pensez régulièrement au suicide et croyez que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Les idées noires sont souvent le résultat d’une mauvaise estime et d’une dévalorisation de soi ou sont accompagnées de celles-ci. Posez-vous des questions si vous n’avez plus envie de rien faire et avez constamment le goût de vous isoler et de rester seul chez vous avec vos pensées lugubres au lieu de vouloir vous amuser et sortir avec vos amis.

 

Vous sombrez dans l’alcool ou la drogue

La dépression entrainant souvent la personne qui en souffre à consommer de la drogue, des médicaments ou de l’alcool pour oublier sa douleur, vous avez de fortes chances d’être dépressif si vous êtes devenu dépendant à l’une ou l’autre de ces substances. En effet, si vous avez constamment besoin de consommer des substances chimiques pour oublier vos problèmes ou pour affronter votre réalité quotidienne, vous êtes susceptible d’être atteint de la maladie.

 

Vous n’avez plus envie de rien faire

Alors que d’ordinaire, vous aviez des passions, des rêves et des activités sociales ou artistiques qui vous branchaient, ces mêmes projets vous laissent désormais de glace et totalement indifférent.

En effet, l’un des symptômes importants qu’éprouve la personne dépressive est qu’elle n’a plus envie de rien faire et a perdu goût à la vie sous toutes ses formes. Elle souffre tellement que pour elle, plus rien n’a d’importance, même ses projets qui autrefois étaient si chers à ses yeux. Elle ressent un grand vide intérieur et a l’impression que rien ni personne n’arrivera jamais à le combler.

 

Vous n’avez plus de libido

Autre indice : la dépression est également souvent accompagnée d’une absence complète de libido et de désir sexuel envers votre partenaire.

Si vous ou l’un de vos proches souffrez de dépression ou encore de dépendance à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments, n’hésitez pas à demander l’aide de professionnels.

 

Mal très répandu auprès des populations, et ce, partout dans le monde, l’alcoolisme se caractérise par une dépendance physique et psychologique à l’alcool et peut affecter n’importe quel individu, de n’importe quelle condition physique et de n’importe quelle classe sociale. En effet, si certaines personnes sont plus disposées que d’autres à devenir alcooliques, les pauvres par exemple, n’importe qui peut devenir accro à la bouteille et développer une dépendance.  

 

Les différents types d’alcoolisme

Il existe différents types d’alcoolisme. Il y a d’abord l’alcoolisme aigu, qui consiste à boire quelques verres de manière occasionnelle sans en être dépendant. Il y a ensuite l’alcoolisme excessif, qui, de manière générale, se caractérise par une consommation de plus de deux verres d’alcool par jour chez la femme et de trois verres par jour chez l’homme. Or, cet alcoolisme ne veut pas nécessairement dire qu’une personne est dépendante.

 

Les signes que vous êtes dépendant

Une personne est considérée comme dépendante si elle ne peut pas se passer de ses verres de consommation chaque jour. Si elle ne peut pas se rendre à une rencontre ou à une soirée entre amis sans avoir ingurgité d’alcool ou encore si ce dernier lui sert de locomotive pour être capable de s’exprimer en public, de réaliser une entrevue pour un travail ou pour oublier sa peine.

Par exemple, une personne qui consomme de l’alcool le matin pour oublier ses problèmes est alcoolique. En gros, on est considéré alcoolique lorsqu’on ne parvient plus à réaliser ses activités quotidiennes normales sans boire. Quand on en a besoin pour vivre et pour avancer dans la vie. Quand il s’agit de la chose la plus importante dans sa vie et qu’on néglige tout le reste, y compris sa famille, ses amis, son conjoint et son travail.

Une personne peut aimer et avoir tendance à boire, sans pour autant être dépendante de l’alcool. Par contre, une personne qui devient stressée ou agressive et qui change de comportement lorsqu’elle n’a pas accès à sa dose d’alcool quotidienne présente des signes de dépendance et doit être traitée.  

lundi, 21 septembre 2015 19:05

Nouvelle annonce de la Villa St-Léonard

Écoutez la nouvelle annonce de la Villa St-Léonard

music icon
Cliquez pour écouter

 

 

lundi, 21 septembre 2015 18:55

L’importance d’intervenir tôt

Saviez-vous que plus on intervenait tôt auprès des personnes à risque, plus les chances que celles-ci ont de devenir dépendantes sont minimisées? En effet, si certaines personnes sont plus vulnérables que d’autres à la dépendance – parmi celles-ci, nous retrouvons les jeunes, les gens pauvres, les minorités ethniques, les gens qui ont une faible estime d’eux-mêmes, les personnes qui ont manqué d’amour dans leur jeunesse et les gens dépressifs –, il a été prouvé que les interventions hâtives, c’est-à-dire tôt dans le processus de développement potentiel du problème, demeuraient celles qui étaient les plus efficaces et prometteuses.  Si vous ou l’un de vos proches êtes aux prises avec un problème de dépendance, contactez-nous.

Page 3 sur 3

Besoin d'aide avec votre dépendance ou celle d'un proche? Contactez-nous

Vous avez été traité chez nous?

Vous êtes dépendant, alcoolique, toxicomane? Vous avez été traité à la Villa St-Léonard?

Partagez votre témoignage avec nous. Votre expérience peut aider d'autres gens. 

Laissez-nous votre témoignage

Ces articles vous plaisent ou pourraient aider quelqu'un?

Partagez

Suivez-nous

  • Si vous souffrez de dépendance

    N'hésitez pas à nous appeler
    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808
  • Alcool - Toxicomanie - Drogues - Médicaments

    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808
  • Nos intervenants sont à votre écoute 24h sur 24 tous les jours de la semaine
    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808

Maison d'aide Villa St-Léonard Traitement des dépendances

  •  1333, Grand-Rang
    Saint-Raymond-de-Portneuf, QC, G3L 4K1
  •   intervenants@villa-st-leonard.org
  •  418-337-8803 (télécopieur)

 Suivez-nous sur Facebook

Facebook Villa St-Léonard

J'ai besoin d'aide

Que ce soit pour nous parler ou planifier un séjour chez nous, nous vous invitons à nous contacter sans plus attendre.

Nos intervenants sont à votre écoute 24h sur 24
Tous les jours de la semaine

  •  418-337-8808  - principal
  •  1-800-550-8808 - sans frais

Notre spécialité

Aide à la récupération

Nous faisons des thérapies fermées 21 jours avec possibilité de 28 jours

Comment s'y rendre

À partir de l’autoroute 40, prenez la sortie pour la route 365 Nord en direction de St-Raymond. Continuez sur la 365 Nord jusqu’au Grand-Rang (au coin rue des Rosiers).

Faites un don maintenant

La Maison d'Aide Villa St-Léonard aide les gens à se libérer de leur dépendance aux drogues, à l'alcool ou aux médicaments. Nul n'est à l'abri de ce genre de problèmes. Ça pourrait être votre fils, fille, père, mère, conjoint ou conjointe et qui sait, peut-être même vous! 

Votre soutien est précieux. Aidez-nous à les aider!