Blogue

blogue header

Blogue - Dépendances et toxicomanie

La Villa St-Léonard 

L’alcool et les drogues peuvent provoquer des dépendances chez certaines personnes et nuire à leur vie professionnelle, sociale et familiale. D’abord occasionnelle, la consommation peut augmenter drastiquement sans qu’on puisse y mettre un frein, ce qui devient alors un danger pour la santé. Voici comment mieux comprendre le phénomène.


Déterminer si l’on souffre de dépendance

Certaines personnes aiment prendre un verre de vin sur l’heure du souper pour accompagner le repas et se détendre après une journée de travail. D’autres fument un joint de temps en temps les fins de semaine. Ces habitudes peuvent ne pas être nuisibles si elles ne provoquent pas de dépendance ou d’effets négatifs sur la santé physique et psychologique de la personne ainsi que sur sa vie et celle de son entourage. Il en va de même pour la consommation de drogues dures (cocaïne, héroïne, amphétamines, etc.).

On peut déterminer si l’on souffre de dépendance à une substance lorsque l’une ou plusieurs des situations suivantes se produisent :

lundi, 28 août 2017 14:30

Les effets du cannabis à long terme

Alors que le mot marijuana est sur toutes les lèvres, en raison, notamment, du fait que le gouvernement canadien souhaite légaliser ce produit, il importe de comprendre que cette substance demeure une drogue et qu’elle peut comporter certains risques pour la santé de celui qui la consomme, et ce, autant à court qu’à long terme. Voici quelques-uns des principaux effets entrainés par la consommation prolongée de cannabis.

Des effets sur les capacités cognitives

Bien qu’il soit difficile d’évaluer avec précision les effets du cannabis sur les capacités cognitives de la personne qui en consomme, il apert que la marijuana entraine certains troubles cognitifs. Les principaux repérés sont des troubles de la mémoire, surtout celle à court terme (mémoire immédiate), des difficultés de concentration, des troubles sensoriels (ouïe, vision, etc.) et de prise de décision.

On croit souvent, à tort, que la consommation d’alcool n’a pas de conséquences sur la santé à long terme. En fait, cette croyance est fausse. Même qu’on n’a pas nécessairement besoin d’être alcoolique pour ressentir les effets négatifs d’une telle substance sur le corps et le cerveau. En effet, quelques abus sont suffisants pour courir le risque de contracter certaines maladies et de subir des effets dommageables sur notre système. Voici quelques-uns des principaux risques associés à une consommation excessive d’alcool. 


Le risque de développer certaines maladies mortelles

Consommer de l’alcool en grande quantité, que ce soit à court ou long terme, augmente le risque de contracter certaines maladies mortelles. L’une des principales maladies causées par l’alcool est la cirrhose du foie. Cette maladie potentiellement mortelle est incurable et touche environ 10 à 15 % des personnes qui consomment de l’alcool de manière chronique.  

Mario s'est sorti de sa dépendance à l'alcool en entrant en thérapie à la Villa St-Léonard. 

«J'ai été dans la misère, j'ai flambé beaucoup d'argent. Je me suis dit, va falloir que tu fasses de quoi »


« J'suis passé ici il y a un mois et depuis ce temps-là, ça va bien. »


« J'ai la tête libre, la tête claire. »

Carole s'est sortie de sa dépendance à l'alcool en entrant en thérapie à la Villa St-Léonard. 

« Je m'étais comme perdue de vue puis ici, à la maison, ça m'a aidé à me retrouver. »


« J'ai plus d'anxiété. C'est formidable! Je suis capable de faire des choix, prendre du recul. »


« Si c'était à refaire, venir à la maison ici, je le ferais encore. C'est vraiment précieux dans ma vie.

C'est chaleureux. C'est comme un peu ma maison. Je la cherche quand je suis perdue. »

Voyez comment Yvon s'est sorti de sa dépendance à l'alcool en entrant en thérapie à la Villa St-Léonard

« Sur l'heure du midi, je ne mangeais plus, je prenais du vin... »

« Tu as toujours ça dans la tête la consommation. »

« Les intervenants ici ils m'ont beaucoup beaucoup aidé. »

« Ils te donnent tous les instruments. Tout ce que tu as beson, ils te le donnent. Ils te donnent les outils pour sortir de là. »

« La Villa St-Léonard, c'est le meilleur centre. »

jeudi, 06 avril 2017 13:11

Légalisation et toxicomanie

Le projet de loi visant à légaliser la marijuana, qui sera déposé au printemps 2017, fait suite à la promesse que le premier ministre Justin Trudeau avait faite lors de sa campagne électorale. L'objectif de cette légalisation serait d'en restreindre l'accès aux mineurs, de lutter contre le commerce illégal qui profite au crime organisé, et de soulager l'appareil judiciaire de ces infractions criminelles somme toute mineures.

Si les intentions du premier ministre paraissent tout à fait louables, la situation est assez complexe et elle suscite beaucoup de réactions et de questionnements. Y aura-t-il un meilleur contrôle de l’accès de la marijuana chez les jeunes ? La consommation de marijuana augmentera-t-elle ? Comment dire aux jeunes de ne pas consommer si c’est légal ?

Ces doutes et ces questions sont tout à fait légitimes, d'autant plus si l'on considère les effets nocifs associés à la consommation de marijuana.

vendredi, 14 avril 2017 20:22

La thérapie fermée, pourquoi y entrer ?

Pour les personnes présentant une dépendance, qu'il s'agisse d'une dépendance à la drogue, à l'alcool ou aux jeux, il y a souvent un événement déclencheur qui fait franchir le pas. Un pas vers la guérison. Lorsqu'elles se sentent prêtes à se faire aider, plusieurs options s'offrent à elles. Faire une cure en résidence, ou une thérapie fermée, est une de ces options. Quels sont les conditions et les avantages d'une telle thérapie?

 

Changer d'environnement

La thérapie fermée dure en général 3 à 4 semaines. Elle permet de prendre un temps d’arrêt afin de se recentrer sur soi. Lorsque quelqu'un décide d'entamer une telle démarche, il est important qu'il se sente en sécurité et en confiance avec l'endroit.

En sortant de son ancien environnement, la thérapie fermée permet de travailler sur soi sans influences extérieures, et surtout d'éviter les dangers de rechute liés à sa vie passée : entourage, mauvaises habitudes, lieux. Car pour se réapproprier sa vie et reprendre le contrôle, il est essentiel de se défaire de ces anciennes habitudes destructrices. Les thérapies fermées offrent un contexte plus propice pour faire la rupture avec ces mauvaises habitudes.

vendredi, 31 mars 2017 10:10

Dépendance et TDAH

Les principaux symptômes du trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) sont une activité excessive, des difficultés de concentration et une impulsivité (la personne agit avant de réfléchir aux conséquences). Il en résulte un comportement excessif qui perturbe considérablement la vie quotidienne des personnes atteintes, et ce à différents niveaux : familial, relationnel, scolaire, social, professionnel, etc. Les problèmes comportementaux et sociaux que suscite le TDAH sont souvent à l'origine de troubles anxieux, troubles qui perturbent d'autant plus leur intégration sociale et leur équilibre de vie. Les personnes atteintes de TDAH sont également plus susceptibles que les autres de souffrir de dépendance de toutes sortes.

Plusieurs études (Biederman, 1998) ont démontré que la fréquence des troubles liés à l’abus de substances psychoactives est deux fois plus élevée chez les adultes hyperactifs que chez les non hyperactifs. Certaines théories avancent que la consommation excessive de certaines substances, comme le tabac, l'alcool et le cannabis, par des personnes atteintes de TDAH, s'expliquerait par le fait qu'elles agissent comme des anxiolytiques. Ce serait donc une forme d’automédication.

Page 1 sur 3

Besoin d'aide avec votre dépendance ou celle d'un proche? Contactez-nous

Vous avez été traité chez nous?

Vous êtes dépendant, alcoolique, toxicomane? Vous avez été traité à la Villa St-Léonard?

Partagez votre témoignage avec nous. Votre expérience peut aider d'autres gens. 

Laissez-nous votre témoignage

Ces articles vous plaisent ou pourraient aider quelqu'un?

Partagez

Suivez-nous

  • Si vous souffrez de dépendance

    N'hésitez pas à nous appeler
    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808
  • Alcool - Toxicomanie - Drogues - Médicaments

    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808
  • Nos intervenants sont à votre écoute 24h sur 24 tous les jours de la semaine
    Portneuf 418-337-8808 Sans-frais 1-800-550-8808

Maison d'aide Villa St-Léonard Traitement des dépendances

  •  1333, Grand-Rang
    Saint-Raymond-de-Portneuf, QC, G3L 4K1
  •   intervenants@villa-st-leonard.org
  •  418-337-8803 (télécopieur)

 Suivez-nous sur Facebook

Facebook Villa St-Léonard

J'ai besoin d'aide

Que ce soit pour nous parler ou planifier un séjour chez nous, nous vous invitons à nous contacter sans plus attendre.

Nos intervenants sont à votre écoute 24h sur 24
Tous les jours de la semaine

  •  418-337-8808  - principal
  •  1-800-550-8808 - sans frais

Notre spécialité

La cure de désintoxication

Nous faisons des cures fermées 21 jours avec possibilité de 28 jours

Comment s'y rendre

À partir de l’autoroute 40, prenez la sortie pour la route 365 Nord en direction de St-Raymond. Continuez sur la 365 Nord jusqu’au Grand-Rang (au coin rue des Rosiers).

Faites un don maintenant

La Maison d'Aide Villa St-Léonard aide les gens à se libérer de leur dépendance aux drogues, à l'alcool ou aux médicaments. Nul n'est à l'abri de ce genre de problèmes. Ça pourrait être votre fils, fille, père, mère, conjoint ou conjointe et qui sait, peut-être même vous! 

Votre soutien est précieux. Aidez-nous à les aider!